Actualité à la région, Multimédia

« Plus d’égalité, un pari gagnant pour tous ! »

« Si vous êtes ici aujourd’hui, c’est que vous êtes sensibilisés aux inégalités encore trop nombreuses entre les hommes et les femmes ». C’est par ces mots que j’ai accueilli le mardi 8 mars dernier les participants du colloque « Plus d’égalité, un pari gagnant pour tous ! » que j’ai organisé avec Jenny Baltus-Möres et qui a été animé par Olivier Maroy.  

L’écart salarial de 16% au niveau européen entre les hommes et les femmes ou encore le fait que seuls 10% des leaders mondiaux sont des femmes alors que celles-ci représentent 60% des diplômés universitaires…  Ces constats bien connus m’ont motivée à mettre sur pied cet événement qui a pour ambition de donner des clés pragmatiques pour que chacun des participants puisse faire la différence dans sa sphère d’activité quotidienne, qu’il ose porter la voix et se faire entendre même si ce n’est pas toujours évident de parler de ce thème qui génère pour certain une saturation.

Aux personnes présentes, j’ai rappelé que cette problématique n’est pas un sujet réservé aux femmes, c’est une situation injuste qui doit nous interpeller hommes et femmes car il nous touche tous, directement et indirectement.  Chacun de nos intervenants a apporté sa propre contribution sur différents aspects du sujet lors de cette après-midi de réflexion :

La Présidente du Sénat, Christine Defraigne a insisté sur l’importance de changer la sphère publique mais aussi la sphère privée. « C’est à l’intérieur des familles qu’il faut faire évoluer les mentalités, élever les garçons pour qu’ils ne deviennent pas des petits machos, voire éduquer les maris aussi », a-t-elle expliqué avant de préciser que « la frontière sur laquelle on ne peut pas transiger, c’est celle entre le consentement et le non-consentement de la femme ».

Sile O’Dorchai et Rebecca Cardelli de l’IWEPS ont prouvé que l’emploi du temps reste fortement genré en Wallonie et qu’« en l’espace de 14 ans, les quelques changements observés dans l’emploi du temps des hommes et des femmes ne vont pas dans le sens d’un emploi du temps plus égalitaire ».

Laeticia Vignaud, coordinatrice de l’asbl CRIBLE a mis en avant l’importance de se questionner sur les stéréotypes que nous perpétuons parce que non, une coupe de cheveux courte chez une femme n’indique pas obligatoirement son orientation sexuelle. Et qu’il est fondamental de libérer la parole pour mieux saisir certaines réalités.

Jean-Michel Monnot, fondateur de « All Inclusive ! » a souligné que les arguments en faveur de l’égalité ne sont plus à démontrer et que ses bienfaits sont réels. Concluant son intervention par ceci : « la mixité, oui, c’est une affaire de femmes et d’hommes. Les hommes ont intérêt à avoir plus de mixité ça contribuera à leur développement personnel. Et non seulement, on n’y perdra pas mais on y gagnera beaucoup ! »

Et enfin, Florence Blaimont, présidente du réseau Wonder Women, a invité les femmes à utiliser le networking, parce que cet outil n’est pas réservé qu’aux hommes. Précisant que « le réel networking, ce n’est pas la façon dont les autres peuvent vous aider mais la façon dont vous vous pouvez aider les autres. Et c’est ça, ce que les femmes oublient souvent, c’est comment, elles, elles peuvent aider et trouver de l’inspiration auprès d’autres femmes ».

Des témoignages et des expériences qui ont fait de ce colloque une réussite et qui ont une fois de plus démontré que c’est au travers de l’implication de chaque acteur de la société, public ou privé, que nous construirons ensemble, hommes et femmes, une société plus égalitaire.

Je suis convaincue que l’égalité est un enjeu bénéfique pour lequel certaines mesures peuvent déjà être prises. Et c’est pourquoi, mon engagement est quotidien !